Ateliers

LES ATELIERS D’ÉCRITURE

Du rêve et de l’éveil : Une aventure d’endurance et de plaisir des mots

Ce que vous trouverez :

  • Un espace de liberté, d’échange et de partage dans le respect de chacun
  •  De la bonne humeur pour plonger dans votre processus de création
  • Une animatrice pour qui empathie et professionnalisme sont les maîtres mots.
  • Du soutien pour explorer votre langue et votre univers Toute l’année, un atelier d’écriture d’environ 3 heures est organisé chaque mois, avec un petit groupe.

Ils peuvent se décliner de plusieurs manières :

  • atelier d’expression
  • atelier mise au point
  • atelier du désir au projet
  • atelier poésie
  • atelier nouvelle ou roman
  • atelier d’écriture et couleur

L’important est de se redonner confiance, se découvrir, prendre conscience de l’importance que peuvent avoir les mots dans la façon de se comporter et de se socialiser.

L’écriture – VOTRE ÉCRIT – est un espace intime, qui ici se vit simplement à plusieurs, valorise la différence et donne le courage pour aller de l’avant dans l’expression de soi. On s’attarde avant tout sur la richesse des univers des participants et leur singularité. Que votre présence soit régulière ou ponctuelle, mes ateliers se suivent mais ne se ressemblent pas…

Vivez l’atelier ! C’est VOUS qui le créez !

L’expression atelier d’écriture désigne généralement un entraînement à l’écriture visant à développer la créativité des participants, en particulier au moyen de « contraintes » artistiques volontaires proposées par l’intervenant aux membres du groupe. L’atelier d’écriture c’est :

  • le désir d’écrire
  • le plaisir d’écrire
  • des relations fortes entre les participants
  •  l’ouverture et la bienveillance
  • se retrouver pour jouer avec les mots

Les ateliers d’écriture ont cependant plusieurs points d’émergence. Aux États-Unis C’est la « creative writing » dans le cadre de « writing workshops ». On trouve aussi dans tous les départements de littérature des ateliers d’écriture qui sont dirigés par des écrivains reconnus. En France, Belgique et pays francophones Louise Michel, l’une des figures de la Commune, les a utilisés pour aider les Canaques auprès desquels elle était emprisonnée en Nouvelle-Calédonie, comme outil pédagogique pour défendre la liberté, la connaissance et la parole. Bien plus tard, Émilia Ferreiro, psycholinguiste argentine, disciple de Jean Piaget, soutient – dans une recherche sur les processus d’appropriation de la langue écrite par l’enfant et sa façon de concevoir le système d’écriture, menée au Mexique -, que « L’essentiel de l’activité de l’enfant face à l’écrit est d’ordre cognitif… » et que l’acquisition de l’écrit ne commence pas à l’école (Remarques sur la précocité et les apprentissages précoce). Célestin Freinet a mis au point dès 1935 une technique de pédagogie active dite Pédagogie Freinet fondée sur la mobilisation des élèves avec, entre autres, l’écriture de textes libres à partir d’un thème. Les élèves lisaient leurs textes à haute voix et les meilleurs étaient imprimés puis échangés entre les écoles qui participaient au mouvement Freinet. En 1969, Élisabeth Bing, professeur de français dans une école pour enfants caractériels et écrivain, commence à travailler avec des enfants en difficulté scolaire et psychique à Dieulefit dans la Drôme. Elle surmonte les problèmes en mettant au point un mode d’incitation à l’écriture pour les enfants. Elle décrit son expérience dans un livre Et je nageai jusqu’à la page, éditions des Femmes, 1976, qui rencontre une grande audience. L’Université d’Aix en Provence et Élisabeth Bing, engagent ouvrent alors des ateliers pour des adultes concernés par le désir d’écrire, les deux sont reconnues en France comme initiatrices de cette démarche. L’atelier d’écriture tel que décrit par Élisabeth Bing se situe radicalement du côté de la création littéraire. En 1975 Pierre Frenkiel et Roland Gohlke fondent à Paris le CICLOP. (Centre Interculturel de Communication Langues et Orientation Pédagogique). Cette association propose au grand public et aux institutions des ateliers d’écriture centrés sur la personne et non sur le texte. L’atelier d’écriture spontanée Si les ateliers d’écriture ont généralement un objectif littéraire, il existe une autre forme d’atelier ; l’atelier d’écriture spontanée. L’écriture spontanée aide à avoir accès à son monde intérieur et permet de découvrir son potentiel créatif, c’est « un outil d’éveil à son identité profonde par le biais de la créativité ». Il s’agit de laisser jaillir les mots. Jung explique que le centre de l’homme est un vide créateur, le Soi, à partir duquel l’homme se construit réellement. On peut considérer que c’est ce vide créateur qui inspire le participant. Grâce aux consignes, il se relie à l’imagination créatrice. L’inconscient – tel que le définit Jung, c’est-à-dire la source de la vie psychique, la source de toutes les inventions, de tout renouvellement – est la source d’une vie imaginaire beaucoup plus riche que ce qu’on peut en analyser. L’écriture doit permettre à chacun de faire sa propre aventure intérieure, de se consacrer à son monde intérieur pour le faire vivre réellement. Si l’écriture spontanée est un outil d’éveil, elle peut aussi être abordée sous un aspect ludique. À partir d’un mot, d’une phrase, de questions ou de thèmes, le participant peut laisser la plume l’emmener vers l’imaginaire et développer sa créativité, pour faire vivre la Beauté.